Nutrition: comment éviter les risques de carence en fer ?

Le fer joue un rôle important dans l’organisme. Grâce à cet élément, on respire bien, on ne suffoque pas en cours de jogging, et les nageurs ne risquent pas de se noyer au cours des compétitions sportives. Une carence en fer peut donc engendrer une panne générale de notre organisme. Pour éviter cela, une bonne alimentation riche en fer est indispensable.

Les nutritions en fer

Le fer peut être d’origine animale ou végétale. Ceux que l’on trouve dans les végétaux sont appelés « non héminiques », tandis que les fers animaux sont des « héminiques ». Ces deux types sont nécessaires pour bénéficier d’une bonne nutrition en fer.

Les fers non héminiques : ce sont les fers contenus dans les légumes, dans les produits laitiers et les œufs. A noter que les fers générés par ces aliments sont peu absorbés (5%). Ce taux varie selon la nourriture dans lequel le fer se trouve. Ainsi, le jaune d’œuf, le thé, le café, le vin diminuent son absorption. Tandis que les fruits et légumes riches en vitamine C, les poissons et les viandes le favorisent.

Les fers héminiques : ce sont les fers contenus dans les poissons et les viandes. Ils sont également les principaux constituants du sang et des muscles animaux. Son taux d’absorption est de 25%.

Nutrition et conseils en consommation de fer

Les abats sont les aliments les plus riches en fer. Les viandes et légumes secs ont aussi une bonne teneur en substances ferriques. Les légumes verts, notamment les épinards, sont quant à eux très pauvres en fer.

Alors que faut-il choisir, les aliments riches en fer ou les nourritures présentant un taux d’absorption élevé ? Dans ce cas, il faut toujours être raisonnable et bien calculer afin de choisir ce qui apporte à l’organisme le plus de fer. Les nutritionnistes conseillent dès lors l’adoption d’une alimentation végétale apportant plus de fer, telle que les Cell-U-Loss d’Herbalife. Malgré que ce produit ne se trouve pas aussi facilement, il offre toutefois une meilleure teneur en fer biologique que n’importe quelle plante ou n’importe quel abat. De plus, le Cell-U-loss permet à l’organisme de s’approvisionner en calcium, un élément favorisant l’action des fers dans le sang.

Plus de fer : une bonne alimentation pour certains âges

La carence en fer peut arriver à tout le monde. Toutefois, certaines catégories ou tranches d’âge sont particulièrement sensibles à cette déficience. Il s’agit particulièrement des adolescents et des femmes enceintes et allaitantes.

Voici quelques conseils en nutrition pour ces catégories de personnes : doubler leur quantité d’absorption en fer et consommer davantage d’aliments permettant à l’organisme d’absorber plus de fer.

Suivre les mêmes conseils permet aux autres catégories d’éviter un checking fréquent sur leur taux de fer sanguin. Toutefois, il est conseillé à tous de consulter un médecin ou un nutritionniste dès l’apparition d’un ou de plusieurs symptômes de carence en fer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *