Maigrir : faut-il considérer la dimension psychologique

Une personne souhaitant perdre du poids se heurte souvent à des obstacles psychologiques qui ralentissent les résultats d’un régime pour mincir. De ce fait, la dimension psychologique ne doit pas être minimisée lors de la prise en charge pour une remise en forme efficace. Explications.

Une prise en charge qui va au-delà d’un simple régime

Le volet psychologique joue un rôle important chez les personnes qui ont pris du poids et qui cherchent à maigrir. Certaines d’entre elles ne mangent pas uniquement pour se nourrir. Elles mangent beaucoup, grignotent sans arrêt ou ne peuvent pas résister à la tentation de prendre des aliments très caloriques (du chocolat par exemple) lorsqu’elles sont stressées. La prise en charge de leur poids va ainsi au-delà d’un simple régime de remise en forme. Le professionnel de santé chargé de les guider dans leurs actions doit les écouter attentivement, chercher à décrypter leur comportement et les aider à comprendre les conséquences de leurs habitudes alimentaires sur leur poids.

vitalité nutrition

 

 

Les origines d’un mauvais comportement alimentaire

Le psychologue ou le diététicien nutritionniste chargé d’élaborer le programme pour maigrir ou pour une remise en forme doit détecter le fond du problème du patient. Un conflit, une angoisse, une incertitude professionnelle et personnelle, des doutes sur l’avenir peuvent être à l’origine du stress qui pousse le sujet à grignoter sans cesse. Le besoin de se remplir tout le temps l’estomac peut être engendré par un manque d’affection, un ennui, une solitude ou la recherche infructueuse d’un plaisir. Une personne qui n’est jamais en paix avec son image ou son corps ou qui subit une certaine pression de la part de son entourage ou de la société en général s’expose également à un surpoids.

Le genre de spécialiste à consulter

Pour maigrir ou pour une remise en forme, la personne en surpoids peut consulter un psychologue ayant aussi des compétences en nutrition. Il peut aussi se faire prendre en charge par un médecin nutritionniste qui peut travailler avec un psychologue. Un professionnel de la santé ayant à la fois reçu une formation de diététicien et psychologue représente la solution idéale. Un tel spécialiste est apte à faire une approche sur les deux volets. Avec un dermatologue en appui, le patient pourrait même savoir comment éviter les rides de son visage par l’alimentation et la psychologie. Cependant, rares sont ceux qui détiennent cette double formation en France. En tout cas,  une écoute du patient permet de déceler l’origine de sa boulimie et de l’orienter sur les bons moyens pour améliorer son rapport avec les autres et avec l’alimentation. De cette façon, il se débarrassera plus facilement de son surpoids.

Le Programme 1 d’Herbalife pour vous aider à maigrir rapidement et efficacement

Quelle que soit la dimension psychologique, le Programme 1 de base d’Herbalife sera d’une précieuse aide pour une personne qui souhaite maigrir ou qui désire adopter un régime de remise en forme. Il inclut des éléments essentiels pour favoriser l’équilibre nutritionnel et la normalisation du poids. Il suffit de prendre 2 fois par jour la Formule 1, une préparation contenant des protéines, 3 fois/jour des tablettes de la Formule 2 et de parfaire le programme avec un complément alimentaire à base de fibres pour obtenir un résultat satisfaisant.

Une pensée sur “Maigrir : faut-il considérer la dimension psychologique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *