Interview de Thierry Casasnovas sur son alimentation particulière

J’ai 41 ans, je suis né en Catalogne, au bord de la mer. Il y a cinq ans, je me suis mis à faire des vidéos pour parler d’alimentation crue et, petit à petit, ça a pris de l’ampleur. Rapidement, j’y ai inclus d’autres thèmes. J’ai commencé à m’intéresser aux conditions qui font que l’être humain fonctionne à peu près et je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas que l’alimentation.

COMMENT TU AS CONNU L’ALIMENTATION VIVANTE ?

De force ! J’étais mourant, j’avais une tuberculose très avancée, une hépatite C et une pancréatite aiguë. J’avais perdu la moitié de mon poids puisque je pesais à peu près 30 kilos pour 1m75, pour un poids de forme à 60 kilos. Je ne pouvais plus marcher, j’ai enchaîné plusieurs arrêts cardiaques. Entre mes 27 ans et mes 33 ans, j’ai passé quasiment sept ans d’agonie. A 27 ans, je voyageais en vélo au sud du Maroc et j’ai attrapé une infection à la salmonelle. On m’a traité avec une antibio-thérapie très costaud. J’ai commencé à perdre du poids, à tomber en dépression. Bref, je me suis effondré et j’ai passé sept ans à décliner petit à petit. Je me suis retrouvé mourant. J’ai fais des prélèvements dans plusieurs hôpitaux. J’en ai un souvenir plutôt douloureux. Je me sentais comme un numéro qu’on passe en revue. J’avais deux copains qui mangeaient cru et m’avaient dit plusieurs fois que cela pouvait me changer la vie. J’essayais déjà de travailler sur mon alimentation mais en étant végétarien, avec beaucoup de céréales et de légumineuses. Je pensais manger à peu près bien. Quand, les médecins ont finit par me dire texto : « Rentrez chez vous pour mourir », j’ai quand même essayé de manger cru.

TU PEUX RACONTER TES DÉBUTS ? COMMENT AS-TU COMMENCÉ UN JOUR À « MANGER CRU » ?
C’était compliqué, comme pour tout le monde. On passe d’un carburant à un autre, on a aucun repère. Dans mon cas, il y avait en plus une forme d’urgence. On m’a mis un ou deux livres entre les mains et j’ai essayé de bricoler avec ça. J’ai aussi été accueilli par une personne qui était crudivore depuis plus de trente ans et qui m’a donné les rudiments de ce mode alimentaire. Ensuite, j’ai mangé, mangé, mangé. Des quantités énormes. C’était drôle parce que je n’avais pas les codes, mis à part mes quelques bouquins. Il n’y avait pas

de vidéos sur le Net. Cela a explosé en huit ans. J’ai donc fait beaucoup d’erreurs et je me retrouvais malade certains soirs d’avoir trop mangé du même truc.

Mais en l’espace de quelques mois, j’ai repris du poids, j’ai arrêté de craché du sang, mon pancréas s’est remis. Au bout d’un moment, je n’ai plus fait d’analyses. Pendant les trois années qui suivirent, j’ai passé mon temps à essayer de me retaper. Après ça, je me suis retrouvé retapé mais je m’ennuyais totalement. Je vivais de peu, je ne faisais rien. J’ai donc décidé de partir en Indonésie et c’est là que j’ai commencé à faire des vidéos.

Il ne faut pas croire que mon but était altruiste au départ. Je voulais partager pour ne pas rester sans rien faire ! Ensuite, cela a pris beaucoup plus d’ampleur pour moi, sans que ce soit réfléchi.

Une manière alimentaire particulière n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *